expression de vie

expression de vie

Différents extraits, Différents auteurs

L'individu est une entité biologique et psychologique, je rajouterais psychosociale, dont les réactions sont déterminées tout autant par sa propre psychologie que par les règles du système familial. Dans un système familial, les fonctions psychiques d'un membre conditionnent les fonctions psychiques d'un autre membre : il y a une régulation réciproque perpétuelle et les règles qui concerne le fonctionnement du système familial sont autant implicites qu'explicites, mais essentiellement implicites. Et les membres de la famille n'en sont pas conscients. L'essentiel des règles est tenu pour acquis et allant de soi "dans notre famille", donc pas expliqué.

 

Ce qui fait que l'on voit souvent une "victime" ou un "bouc émissaire" se créer, ou un malade (malade désigné et/ou qui choisit la maladie) prendre la relève pour résoudre le problème de la famille.

 

Anne Ancelin Schützenberger

 

Si moi, garçon, je prends partie, dans mon enfance, contre mon père et pour ma mère qu’est-ce que je deviendrais plus tard ? Moi, je suis un enfant et papa est mon futur. C’est un adulte. Donc si je prends parti contre lui avec ma mère, lorsque je grandirais, je ne pourrai pas être père. Je suis condamné à ne pas accepter le père ne moi. Alors je vais m’arranger de mille façons possibles pour ne pas être père et pour satisfaire ma mère. Ma mère en m’opposant à mon père me voue quelque part à être un mauvais père. Mon instinct va lutter pour que je sois père, mais lorsque je le serais, je culpabiliserais énormément parce que je ne satisfait pas l’idéal maternel.

 

Quelle relation aurai-je avec les femmes étant donné que j'élimine l'adulte en moi ? Je vais donc "glisser" ma mère, puissante puisqu'elle fait couple avec moi, sur une autre femme. Mais maman ne sera jamais détrônée. Ou, je me choisis une femme qui peut détrôner maman, donc je me choisis une "maman". Ou je me choisis une femme "minime", qui ne détrône pas maman mais qui sera un "succédané", un ersatz de maman en plus faible.

 

Quand les grands-parents se sont occupés de moi, cela veut dire que "je n'ai pas eu de parents." C'étaient des enfants. Je vis dans un monde enfantin. Cela va marquer ma vie. Je serai enfant et il me faudra beaucoup d'efforts pour devenir adulte et sentir que l'on m'aime.

 

 

Alejandro Jodorowsky

 

Le désir d’enfant est certes partie prenante du désir masculin, mais ne concerne pas tant le rapport de l’homme à la femme que celui qui le relie à son père, à ses ancêtres et à la réalité de la mort.

 

Chez l’être humain, l’identification au père est le pivot de la santé mentale.

 

Pour l’adulte, vivre, c’est aller vers la mort. Pour l’enfant, c’est émerger d’un lieu où l’on existait pas. La mort ne se présente donc pas, pour le petit enfant, comme une interruption de la vie, mais comme une réalité passée.

 

Lorsque les pères limitent leur rôle à celui de soutien pour la mère, ils confondent obligatoirement la leur et celle de leur enfant.

 

Dès qu’une femme affirme « être mère, c’est pour la vie », il lui devient impossible de pouvoir penser que ses enfants naîtrons un jour pour de vrai, que la sortie du ventre n’était que la naissance du corps et que la vraie naissance est celle qui en fera des adultes.

 

Il est difficile de penser ce qu'est un père sans commencer par réparer le sien.

 

Didier Dumas

 

De nos jours, ceux qui ont échappé à l’avortement risquent de se voir quelque peu privés plus tard de cette sensation ineffable mais si sécurisante d’être en vie, gratuitement et sans justification.

 

Moussa Nabati



13/01/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Santé & Bien-être pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4 autres membres